Le monde de la sorcellerie

Entrez chez les sorciers, que vous soyez débutant ou confirmé
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ~°Journal d'une Leowe°~

Aller en bas 
AuteurMessage
Naïada Leowe
Deuxième année, Serdaigle
Deuxième année, Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 660
Age : 28
Date d'inscription : 03/03/2007

Feuille de personnage
Âge: 14 ans
Statut: Élève de troisième année à Serdaigle
Description physique:

MessageSujet: ~°Journal d'une Leowe°~   Ven 18 Jan - 0:21

Salut toi!

J’ai décidé de te sortir de ton trou… Pourquoi est-ce que maman as tellement voulus t’acheter? « Pour écrire tes pensées, tu sembles très troublée. » Cela fait presque douze ans que je suis comme ça et elle n’a jamais remarqué? Pourquoi est-ce que quand on est à Poudlard, on doit toujours avoir des tas de soucis? C’est vrai, avant quand je n’étais que dans ma maison à moi, toute seule, je n’avais pas de problèmes. Cela doit être à cause des hormones! ?

Maman! Je m’inquiète. Il est sûrement arriver quelque chose car grand-mère m’a envoyé une lettre il y a quelques jours. Elle ne m’écrit jamais, c’est maman qui me dit comment elle va. Si elle croit que je n’ai pas vu les points humides sur le parchemin, c’est qu’ils me croient digne de mon père. Le lâche… Il aime ma mère mais il est capable de l’abandonner… Décidément, il a une drôle de mentalité cet homme.

J’ai tellement de choses à penser en plus des cours… Il y a la SAME qui prend quand même bien du temps, les entraînements et Christian.

Christian… Pourquoi est-ce que tout est compliquer. Plus le temps avance, moins on se voit. J’envie Eloïse très sérieusement. Mais je ne peux pas être jalouse de ma meilleure amie… Cela ne se fait tout simplement pas, c’est contraire à l’étique que les amis peuvent s’imposer, non? Peut-être pas, après tout j’ai jamais été douée en social. La preuve, seulement avec Ewelina. On dirait que tout ce que je fais la met en colère. Pourtant, je ne veux pas qu’il y ait de froid entre nous… Une chance j’ai réussi à lui parler et elle semble pas trop m’en vouloir.

Passons à un autre sujet, peut-être plus épineux. Blutsauger, oups, non, Vlad! Il paraît que c’est trop impersonnel, s’il croit que je vais l’appeler par son prénom. Bonne chance, vieux. J’ai toujours l’impression qu’il est dans mon dos, à attendre la moindre faille, la moindre parcelle qui démontrait de la tristesse pour qu’il me saute dessus comme une bête sauvage. J’ai eu une de ses chances, l’autre jour. J’ai prit dans la pharmacie de ma mère, une petite potion inflammatoire. Elle n’a rien vu. Mon poignet me fait extrêmement mal ces derniers jours. J’ai l’impression qu’il a encore enflé. C’est peut-être mon imagination… Comme d’habitude.

Je viens de lire ce que je viens d’écrire. Je sens que je ne suis plus moi-même. Avant, rien ne pouvait me toucher. Maintenant… C’est comme si c’était le contraire, tous les problèmes des autres me tiennent à cœur! Est-ce que c’est ce qu’on appelle de l’empathie?

J’espère que demain, je vais avoir une journée normale.
Il faudrait tout d’abord que je sois normale, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïada Leowe
Deuxième année, Serdaigle
Deuxième année, Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 660
Age : 28
Date d'inscription : 03/03/2007

Feuille de personnage
Âge: 14 ans
Statut: Élève de troisième année à Serdaigle
Description physique:

MessageSujet: Re: ~°Journal d'une Leowe°~   Sam 1 Mar - 19:24

Janvier

Bon sang mais qu’est-ce qui m’arrive. Je doute, je pleure, je deviens une pleurnicheuse de poupée bout chou qui croit que tout est beau dans la vie. Ma mère est encore à l’hôpital. J’ai fait une énorme bêtise. J’ai voulut me mettre entre ma grand-mère et ma mère. Malheureusement pour moi, je suis devenue… attend!... C’était quoi déjà?... Ah oui!... Une honte au Leowe, une horreur de la nature et une chose non désirée. N’est-elle pas adorable ma grand-mère?

Bref… Je vais faire un rapide résumé du mois.

J’ai passé un excellent jour de l’an à lire un roman que ma mère m’a donné pour Noël. Je n’arrêtais pas de penser à Eloïse, à Chloé et à Christian.

Dès le retour des étudiants, j’ai vue que Christian ne me parlais plus ou presque. J’ai voulue en avoir le cœur net. Malheur à moi. Pourquoi il faut que je sois curieuse à mourir? C’est ce qui m’est arrivé. Je ne m’en plains pas, je l’ai mérité. J’ai parlée avec Christian. Il ne m’aimait pas comme moi je pouvais l’aimer. C’est difficile à entendre mais je m’y attendais. Je n’étais pas stupide, je suis à Serdaigle! Je lui ai tout de même offert le collier de ma mère. Je crois que c’était une dernière preuve d’affection pour lui. Je préfère le voir comme cela.

Après cette fameuse discussion, je suis allée me cacher dans les toilettes. Durant environ une heure, mon cerveau voit du noir. Je ne me rappelle que d’une grande honte et d’une grande tristesse. Je me suis coupée les cheveux à ma manière. Ma mère va mourir d’une crise cardiaque en voyant mon état. Bref, ensuite, Sun est venu me voir. Cela faisait tellement longtemps que je ne l’avais pas vue. Elle étai dans un sale état. Je l’ai soignée et elle m’a parlé d’une malédiction qui la couvrait. Bien sur, je la crois, mais je ne pense pas avoir été touchée par la malédiction.

Le lendemain, j’ai discuté avec Eloïse et Chloé. Elles furent choquées de voir l’état de mes cheveux, mais elles on rapidement comprises que je n’était plus avec Christian. Elles eurent beaucoup de peine pour moi et elles m’ont soutenue. Je crois que je ne les remercieraient jamais assez. Elles sont des saintes pour moi, des anges qui sont venues m’aider dans ma déprime.

Les Serdaigle me tournent le dos. Le changement les provoque et ils n’ont pas appréciés mon attitude… Mis c’est leur problème, pas le mien.

J’ai pu parler avec Sam. Il est très gentil, cela ne lui a pas fait de peine de savoir que moi et Christian n’étaient plus ensemble. Il est un bon ami. Il m’a donné le sourire. Oh, et Cyrano aussi. C’est une armure que j’ai trouvé. Elle me fait beaucoup rire. Elle parle parfois avec un vieil accent français mais je trouve cela rigolo.

Et… c’est tout je crois… J’ai hâte de voir ce que le mois de février va me réservé!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naïada Leowe
Deuxième année, Serdaigle
Deuxième année, Serdaigle
avatar

Nombre de messages : 660
Age : 28
Date d'inscription : 03/03/2007

Feuille de personnage
Âge: 14 ans
Statut: Élève de troisième année à Serdaigle
Description physique:

MessageSujet: Re: ~°Journal d'une Leowe°~   Mar 28 Oct - 5:21

Oh bon sang, je crois que je t’avais bien oublié tout l’été. Je ne crois pas avoir beaucoup de chose à raconter.
Dès que j’ai franchit les portes de la gare l’année dernière, je suis passée en coup de vent chez moi pour porter mes bagages et j’ai prit de la poudre de cheminette pour me rendre à l’hôpital. Je ne pensais pas que je saurais par cœur tous les gens qui travaillaient là, ainsi que je pourrais me rendre jusqu’à la chambre de ma mère les yeux fermés. Dès que je suis rentrée dans sa chambre, elle dormait, mais je crois que j’avais fait trop fait de bruit alors elle s’est animée. Je me suis précipitée sur elle, sa main était très froide. Elle était pâle et pourtant elle était en sueur. Pauvre maman, si je le voulais, je me serais mise à pleurer de toutes mes larmes, mais je ne l’ai pas fait. Pourquoi? Je ne saurais le dire. Enfin arriva le docteur Stefan Harrington. Je ne le regardai pas mais je sentis sa présence. Il dicta d’une voix solennelle que ma mère avait gardée un état stable depuis le mois de décembre dernier malgré tous les efforts faits par les médecins. Je m’étais retournée vers lui, furieuse.
«- Je vous avais bien dit que ma mère n’était pas atteinte mentalement et qu’elle a seulement eu un choc, mais bien sur, vous devez nous couter une fortune en tests et en bêtises de tout genre. Vous nous prenez pour quoi? Des petits financiers sur pattes pour votre bel hôpital? Non mais franchement, vous n’êtes qu’un ingrat, un salop…»
Bon bon, je ne lui ai pas dit ça, mais je l’ai pensé, peut-être assez fort pour qu’il m’entende. Enfin, je ne fis que le remercié et il a pris congé. Ma mère, cette ravissante femme, elle avait bien vu dans mes yeux toute la colère que j’éprouvais à l’endroit de Harrington. On a parlé de mon école, de mes cours, de mes nouveaux livres, de mes amis, de mon humeur, car je ne sais pas comment mais elle a sut que j’avais fait une petite déprime et elle réparer la gaffe de mes cheveux qu’elle a coupé la journée même. Je ne voulais pas qu’elle le fasse, mais elle a dit que ça lui faisait plaisir car il y a des années qu’elle n’avait pas jouées dans mes cheveux comme quand j’avais cinq ou six ans.
J’ai passé mon été dans cet hôpital, mais j’ai désobéit. Je suis allée chez l’apothicaire que m’avais recommandé Blutsauger. Bien sur c’était très cher payé, mais cela a valut la peine. Je dus y aller à deux reprise avec le peu d’économie qu’il me restait. Je n’ai plus une noise mais j’ai vu ma mère quitter l’hôpital pour se rendre à la maison et se mettre encore au lit avec une garde malade qui vient nous rendre visite tous les jours et qui fait des rapports de santé toute les semaines. Ma mère doit voir un psychanalyste toute les semaines au moins deux fois par semaine. Elle serait atteinte d’un trouble du stress post-traumatique. Elle aurait vécu un évènement plus jeune qui aurait causé une vague de stress très importante et elle l’a revu ou penser ce qui a fait vivre en elle le même sentiment qu’elle avait ressenti plusieurs années avant. Enfin, tout ce que je sais et qui faut que je garde en tête, c’est que je dois m’occuper d’elle. Elle n’est plus en danger de mourir et j’ai pleuré de joie, avec elle, de cette merveilleuse nouvelle. Elle n’était pas folle, seulement malade… J’ai fini par voir la vérité en face lorsque ma mère caressait mes cheveux, les yeux encré sur eux en disant qu’ils avaient une belle couleur. À ses dires, ils avaient la même que ceux de mon père…À ses souvenirs.

Ma mère a bien vu que sa santé avait reprit son aplomb depuis quelques temps et elle savait que j’avais un petit coup de pouce là-dessus. Je ne lui aie pas dit qui m’avait donné le renseignement, cela aurait été un peu indiscret de ma part, mais je lui montrai simplement le flacon qui contenait des calmants et un peu d’antidouleur très puissants.
J’ai fais des nuits blanches et des journées de repos, j’ai aidé à entretenir la maison du mieux que je pouvais, j’ai apporté mon aide à la garde malade. J’ai refermée la porte au nez de ma grand-mère huit fois et je me suis tordue de rire une seule fois, c’est quand ma mère à voulut me faire peur et à décider de se lever de son lit… pour s’aplatir comme une crêpe au sol, le nez dans le tapis. Monsieur Xavier n’a pas grandit beaucoup mais il semble plus calme qu’à l’habitude.
Sinon, qu’est-ce qui m’est arrivé d’autres? Ah! J’ai eut un petit accident de vélo il y a quelques jours, une grosse cicatrice me lacère le bras. Elle est longue d’environ quinze centimètres. Étrangement, elle me fait moins mal que celle que j’ai sur mon cou…
Voilà à peu près mon été, je me suis ennuyer de mes amis mais à cause de tout ça je n’ai pas vraiment eu de nouvelles, vivement la rentrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~°Journal d'une Leowe°~   

Revenir en haut Aller en bas
 
~°Journal d'une Leowe°~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Journal de Hermione Blake
» Journal d'un archéologue [PV]
» L’après Gousse se négocie déjà (source : journal Le matin)
» Who Cares About Haiti? From Wall St journal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde de la sorcellerie :: Monde sorcier à Londres :: Journaux intimes-
Sauter vers: